De Vientiane à Chiang Khong – Laos

Phnom Penh – Bangkok – Vang Vieng : un bus, du vélo, un train, du vélo, un dernier train. Du 3 au 7 Octobre. 207 km de vélo

On se retrouve à deux ! Il ne nous restent plus qu’à rejoindre (en transport) la capitale du Laos depuis Phnom Penh… D’une capitale à une autre… Nous optons pour la version qui nous semble la moins couteuse et la plus efficace. Moins de bakchich et surement moins de soucis !

Nous prenons donc un bus de nuit depuis Phnom Penh qui nous emmènera à la frontière Thaïlandaise. Avec nos vélos, c’est pas évident ! Ils font une drôle de tête mais ils ne disent jamais non ! Nous ne montons pas dans le premier bus mais le second. Le coffre déborde de scooters et de valises en tout genre. Nos vélos trouvent leur place mais les bagages nous suivent en haut, avec les passagers. Ils sont tous là, enfin je crois, je n’ai pas eu le temps de compter. C’est un peu la panique ! On se retrouve sur des sièges lits sur les couchettes du bas. Pas de fenêtre et pas beaucoup d’air, mais il y a la clim ; je parviens à me calmer. On s’endort finalement, appréhendant la suite…

Premier train Thaïlandais

Premier train Thaïlandais

Arrivé à la frontière, on se prépare pour pédaler. On sort du territoire et on se rend en Thaïlande. Quelques inquiétudes, vite effacées, lorsqu’ils tiennent à savoir où l’on logera sur place. On choisit au hasard, un hotel dans notre guide et on passe. On pédale et on trouve finalement le train qui nous emmènera à Bangkok. Je ne parviens pas a retirer de l’argent.. Charlie n’a plus de carte.. La gaine du cable de vitesse de Charlie lâche… Et on a pas un rond Thaïlandais tout en sachant qu’ici, les dollars ils s’en moquent bien ! Nous ne sommes pas rassurés.  Je parviens, après escroquerie, à échanger 100 dollars, pendant que Charlie fonce chez un réparateur de vélo fort sympathique, qui ne nous demandera pas d’argent pour la réparation !  On prend finalement le premier train soulagés ! 9 H de train à 50 km en moyenne… On en voit du paysage et du monde aussi dont un jeune couple de marié qui prend la pause. C’est beau, c’est vert et propre ; on est charmé.

Un jeune couple de marié

Un jeune couple de marié

Une journée de visite à Bangkok où l’on se perd et l’où se détend dans notre guesthouse dédié aux cyclistes.

Petit paradis dans Bangkok

Petit paradis dans Bangkok

Le lendemain s’est repartis. On traverse la ville de nuit pour prendre un train (encore) qui nous emmènera à la frontière Laotienne, à une vingtaine de kilomètres de la capitale.

Seconde classe, plutôt luxueuse ! Des fauteuils couchettes avec couverture propre, préemballé dans un film plastique. Accès au toilette à l’intérieur, et eau et savon à notre disposition. Nous dormons comme des bébés mais arrivons fatigués; les transports ça usent… Nous sortons du territoire et rentrons sans entourloupe sur le territoire laotien. Nous payons le prix, le vrai; c’est un miracle !

Premiers pas au Laos !

Premiers pas au Laos !

Premiers pas dans le pays et premières bonnes impressions. Peu de monde, les routes sont propres. Les gens sont calmes et souriants, peu moqueur et patient. Ils ne klaxonnent pas ou peu. Ils attendent si besoin.

Vientiane est beaucoup plus jolie que je n’imagainais. Tout le monde critique cette ville et pourtant après avoir passé des mois en Asie, c’est probablement la plus belle ville que l’on ai vu depuis Bali. Incomparable au Cambodge ou au sud du vietnam où la circulation est étouffante, les rues poussiéreuses et les bâtiments plutôt laids. Je trouve cette ville mignonne, surtout le centre, car à la sortie en nous dirigeant vers le nord, l’Asie me saute au yeux. Cette partie est vilaine ; industrielle, embouteillée, poussiéreuse et bruyante. Mais ça ne dure pas et ça ne sera plus, d’ici une bonne dizaine de kilomètres. Le calme réapparait.

En bord de route, je distingue une maison en construction. Je jette un coup d’oeil. Trois mur, des piliers, un toit et un sol dure. C’est officiel, nous passons la nuit ici. Il y a une station essence pas loin où nous irons chercher de l’eau.

Première nuit de bivouac au Laos !

Première nuit de bivouac au Laos !

Nous nous installons tranquillement. Nous sommes plutôt bien cachés de la route mais un homme en scooter va gâcher notre repos. Il chasse apparement des choses ici… Est-ce le propriétaire…? On lui demande (comme on peut) si on peut passer la nuit ici. Il nous fait signe qu’il n’y a pas de problème. Il fait son tour et il part puis il revient. Ce procédé, il l’appliquera quatre fois. Il nous parle, bien qu’on ne comprenne rien et qu’il est évident que l’on essaye de dormir dans nos hamacs. Mais rien ne le perturbe… À certain moment, il nous inquiète à faire ces drôles de tour. Il tourne en rond, tout proche de nous. Il regarde sa moto, ses jambes avec sa lampe puis il éteint la lumière; une bonne vingtaine de fois. Il se rend derrière notre abris puis il réapparait à deux mètres de nous, dans le noir complet. Nous ne sommes pas très rassurés…  Serait-il fou ? Nous voudrait-il du mal ? On ne pense pas… Sous le coup de l’agacement et de la fatigue, je sors de mon hamac puis prends mon livre pour lui parler laotien. À un mètre de lui, j’agite la main en signe d’adieu en lui disant dans sa langue « bonne nuit ». Il comprend finalement le message et nous demande de l’argent pour sa moto, car il n’aurait plus d’essence… Charlie lui propose l’essence avec laquelle on cuisine mais il refuse ! Il lui propose un coup de main et s’approche de son engin pour l’aider mais celui ci s’empare vite de sa machine et part sans jamais revenir nous déranger…

Nous nous endormons enfin…

Petit village en bord de route, sous la pluie...

Petit village en bord de route, sous la pluie…

Le réveil est difficile… Nous finissons par sortir de la banlieue de Vientiane en observant au loin les montagnes laotiennes. Des vallons nous mettent en jambe pour la suite. Nous apprécions la compagnie des locaux et parvenons à nous faire facilement comprendre ! Nous sommes très surpris car pour le pays qui est censé être le plus pauvre d’Asie du sud est, nous trouvons la population beaucoup plus intelligente et débrouillarde comparé à ces voisins.

Les montages ne sont plus très loin :)

Les montages ne sont plus très loin :)

Nous sommes enchantés par les paysages. Les petites maisons, les champs, les montagnes et les gens qui rendent les choses faciles et agréables.

Départ de bon matin !

Départ de bon matin !

Nous ne sommes plus très loin de Vang Vieng, la ville qui est réputée pour ses soirées et ses touristes… Nous roulons sous la pluie en faisant un détour inutile sur une piste bien trop abimée par la pluie ! Nous récupérons la bonne route et ne sommes plus très loin.

En arrivant à Vang Vieng !

En arrivant à Vang Vieng !

Nous nous installons dans une guesthouse en plein centre ville et pourtant au calme avec une vue sur la rivière et les pics karstiques. Nous nous détendrons ici pendant une journée et demi avec pour seule activité l’ascension du Piton Pha Ngeun. Car il n’y a rien a faire à Vang Vieng, à part profiter de la beauté des alentours…

La pluie n'est jamais bien loin

La pluie n’est jamais bien loin

Point de vue du Piton Pha Ngeun

Point de vue depuis le Piton Pha Ngeun

 

Veng Vieng – Luang Prabang : du 9 au 11 octobre. 235 km

Cette étape va être la plus difficile depuis les montagnes vietnamiennes ! Plusieurs cols en prévisions, certains à plus de 1400 m et d’autres au dessus de 1000m, tout ce que l’on aime quoi !

Le laos nous rend heureux

Le laos nous rend heureux (on avait pas vu les déchets derrière désolé ^^)

Nous quittons Vang Vieng sous les coup de 9h car la pluie ne voulait cesser. Un rayon de soleil restera pour la journée dès nos premiers coups de pédale. Nous sommes encouragé de « Sabadi » le bonjour local. On quitte rapidement le plat pour des valons puis pour la montagne. Les pentes sont très raides. Dur, dur.. Mais on s’éclate ! Les paysages sont époustouflants !!! Après un nombre incertain de lacets nous nous arrêtons. En hauteur, protégés des curieux, il y a une maison en construction qui donne une vue splendide sur la vallée. Nous nous installons après avoir demandé l’accord du restaurateur en contre bas. Pas de soucis. On s’installe, c’est splendide ! Après une bonne douche à la gourde et un plat de pate lyophilisé, nous nous couchons dans nos hamacs.

Des gouttes nous réveilleront. La tempête nous sortira du « lit ». On installe les protections contre la pluie mais rien à faire, le vent est beaucoup trop violent. On se retrouve trempé, frigorifié en tenant si bien que possible les bâches pour protéger nos affaires de la mousson. L’euphorie de la découverte de cet abris nous aura fait oublié l’essentiel ! Sommes nous protégé ? des gens : oui mais pas des éléments… Nous remballons en toute hâte nos affaires et finissons dans la guesthouse en face du restaurant. Nous sommes soulagés qu’elle soit là car nous aurions dû dormir trempé… Petite maisonnette sympathique de l’extérieur. Je ne chipote pas sur le prix qu’elle me donne, j’ai bien trop froid. À l’intérieur c’est une autre histoire. Le ménage n’a pas été fait depuis des mois. Les draps sont clairement sale, la poussière a envahit la chambre, j’éternuerais toute la nuit… L’odeur nauséabonde des toilettes envahit la pièce, nous préférons nous soulager dehors. Et les ras couinerons quelque peu avant que je ne trouve finalement quelques heures de sommeil.

Ça monte, ça monte...

Ça monte, ça monte…

Après cette nuit chaotique nous repartons de bon pied. Après une belle descente, une belle montée de 16 km nous attend ! Puis des journées entières à monter ce que l’on vient de descendre en quelques minutes… C’est sans fin… Trois jours de montagne intense, où l’on se régale, où nos jambes font de leur mieux. Il faut dire qu’on a pas trainé sur cette étape !

En haut du col

En haut du premier col

C’est à ce jour notre pays préféré d’Asie du Sud Est, on ne pourrait espérer mieux ! Un temps frais, de la montagne, de la végétation (pas trop déforestée ?) et une circulation très faible qui nous laissera tout le plaisir de dévaler les pentes à pleine vitesse. Le seul bémol est la pluie qui se montrera agaçante sur cette partie, mais rien de méchant n’exagérons rien 🙂

Finalement l'arrivée à Luang Prabang, le repos nous attend !

Finalement l’arrivée à Luang Prabang, le repos nous attend !

 

Luang Prabang

L’une des plus belle ville d’Asie du Sud Est ! Calme bien que touristique, cette ville fera des heureux. Verte, peu de trafic, des musées, des temples à visiter et des petites maisons typiques qui valent à la ville d’être classée à l’Unesco. Des plats à déguster, pour toutes les bourses. Et des magasins de souvenirs à tout les recoins. Sans oublier les sports de plein airs et des balades à faire tranquillement en bord de Mékong. Une ville pleine de charme, authentique et moderne à la fois. Propre et tranquille on y reste plusieurs jours, on s’en souviendra !

De jolie petite rue

De jolie petites rues

Un Tuk-tuk ou de la marijuana ?

Un Tuk-tuk ou de la marijuana ?

De la drogue on nous en a proposé au Cambodge mais ici tout les soirs, les conducteurs de Tuk-tuk s’adressent exclusivement à Charlie (on accuse ses cheveux) pour lui proposer de la marijuana, de l’opium, LSD, Ecstasy et autres drogues en tout genre. La partie la plus comique est la manière dont ils le font, dans le noir (le plus complet) chuchotant en anglais, le rire prêt à exploser… Ces gars savent ce qu’ils font et ils sont morts de rire. Ils s’attendent à un refus mais ils demandent toujours, au cas où.

Marché de nuit :)

Marché de nuit :)

Centre des arts traditionnels et d'ethnologie !

Centre des arts traditionnels et d’ethnologie !

Luang Prabang – Chiang Khong : du 15 au 21 octobre. 495 km

320 kilomètres nous attendent avec plus de 5000 mètres de dénivelé positif. En trois jours ça ne devrait pas poser de problème selon Charlie… Un warmshower nous a répondu ! Nous serons logés à Luang Namtha, nous n’avons plus le choix…

Des cols en veux tu en voilà, du soleil et pas de nuage, ou peu, de la route en travaux (qui te secoue dans tous les sens), de la circulation agrémentée de poussière. Et peu de sommeil tellement nous sommes fatigués… Mais heureusement, il y aussi de fabuleux paysages, et la récolte du riz pour égayer tout ça !

Petit village entre les montagnes

Petit village entre les montagnes

Le vélo à l'intérieur de la chambre c'est mieux selon le propriétaire !

Le vélo à l’intérieur de la chambre c’est mieux selon le propriétaire !

On filtre de l'eau pour la route...

On filtre de l’eau pour la route…

Repos au restaurant en haut du col :)

Repos au restaurant en haut du col :)

Une belle route en travaux...

Une belle route en travaux…

Les Hamacs ont trouvé leur place

Les Hamacs ont trouvé leur place

Nous sommes épuisés à la fin de ces trois jours intensifs et l’on finit une dernière fois bloqués par des travaux… On craque, car le soleil se couche et il nous reste 20 km jusqu’au village ! On demande à un gentil messieurs s’il peut nous dépanner. Il n’hésite pas une seconde, on installe les vélos puis on les attachent et à notre tour. Nous sommes heureux d’être à bord !

Le stop laotien ça marche bien :)

Le stop laotien ça marche bien :)

Arrivé en ville on fait des aller retour insensés pour trouver notre hôte Allemand René que l’on trouvera finalement le lendemain matin après un super petit déjeuner façon « western » !

Sa maison en bord de rivière est très accueillante et agréable. On se prélasse sur sa terrasse et dans son salon où l’on fera a connaissance d’une poignée d’allemands expatriés dans la région ainsi qu’un couple Allemand/Polonais (Dorothee et Peter) qui voyage depuis 7 mois en Océanie et Asie, à vélo, bien sûr !

Et nous voilà repartis pour trois jours de vélo avec pour but de franchir la frontière. Le Thaïlande n’est plus très loin et pour tout dire on a hâte !!! La route est moins montagneuse mais les pentes sont terriblement plus raides que précédemment… Nous savourons l’arrivée en haut du dernier col 🙂

De belles vues après des pentes bien raides...

De belles vues après des pentes bien raides…

Nous venons de franchir le dernier col, une descente nous attend !

Nous venons de franchir le dernier col, épuisés !

Après avoir pédalé par intermittence avec Dorothee et Peter, et un anglais au nom inconnu, nous roulons une dernière fois sur une belle ligne droite avant de continuer chacun dans nos directions respectives.

Photo souvenir :)

Photo souvenir :)

Pour nous ça sera la Thaïlande !!!

Bienvenue en Thaïlande !!!

Bienvenue (encore) en Thaïlande !!!

 

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *