Final dans le Nord de la Thaïlande

Entre Chiang khong et Chiang MaiDu 21 Octobre au 10 Novembre 2015

Nous finissons notre grand voyage en Thaïlande et en sommes ravis ! Ce pays est à part… Pleins de sourires, de partages, d’échanges. Les Thaï sont curieux, généreux et enthousiastes. Peu de bonjour, mais des salut sincères. Une nourriture délicieuse et pimentée, des paysages montagneux, des villes modernes où la tradition subsiste. Des curiosités, des musées, des temples en veux-tu en voilà… Des balades où le sport de plein air a enfin sa place ! Une bonne bouffé d’air pur cette Thaïlande où la transition avec la France sera beaucoup plus délicate.

Chiang Khong – Phayao – Du 21 au 27 Octobre – 244 km

Ces premiers pas sur le sol Thaïlandais commence par une traversée sur la route plate du pays. Entre les maisons quelques peu semblables aux nôtres et à la rencontre de Alan Bate, qui est l’homme a avoir atteint le record du tour du monde à vélo en 2010 avec 106 jours, 10 heures et 33 minutes pour 29 000 km, environ. Il s’est installé en Thaïlande, dans cette petite ville où il a ouvert avec sa famille, une guesthouse avec restaurant dédié au vélo ! Pas de prétention, un homme simple, sociable, et amoureux du vélo.

Pour ce premier jour en quittant la ville frontalière, on s’attendait à une route réellement facile mais il n’en est rien… Elle n’est pas non plus difficile mais nous sommes exténués et ne voulions pas prendre un jour de repos à Chiang Khong qui n’est qu’une ville de passage…
Pendant une pause boisson on discute avec deux petites dames qui ne parlent pas un mot d’anglais, comme quoi avec quelques mots en Thaï et de la bonne volonté : on se comprend ! Bon moment de détente avant de reprendre le vélo en plein caniar dans le four Thaïlandais… Au Laos, il faisait plus frais.. On ne comprend plus rien !

Des travaux sur la route qui nous oblige un détour… La poisse : serait-elle de retour ?
Rien de tel, juste la fatigue qui nous tape sur les nerfs !

Chiang Saen en bord du Mékong

Repos à Chiang Saen où l’on louera un scooter pour la journée. Le triangle d’or n’est pas loin ! Et le « Hall of Opium » est juste à côté de ce point de vue sur le Myanmar, Laos et Thaïlande !
Ce musée (qui n’est pas donné : 400 baht soit 5 euros) vaut à lui seul le détour. Psychédélique, à la pointe du moderne, cet espace dédié à cette drogue alerte la population locale (qui vivait de son commerce depuis des millénaire) et les visiteurs (qui souhaiteraient en consommer ou pas…) On y découvre l’histoire de cette fleur, son traffic, l’influence des colons, sa répercussion économique et les dommages causé sur un pays et sa population…

Hall of Opium !

Hall of Opium !

On repart dans la campagne, entouré d’arbre et de vallon. Au calme. On croise des cyclo à la journée, des touristes qui ont bien compris que le vélo est un sport à part entière ici.

Un peu de caoutchouc

Un peu de caoutchouc

 

Nous traversons des villages de campagne bordé de rizière où les buffles et les oiseaux vivent tranquillement ici.

Chiang Rai :
Une ville sans intérêt d’après un célèbre livre de voyage, pour notre part nous apprécions, cette « grande » ville quelques peu isolé et encore protégé de la foule touristique. Des petites restaurants et des magasins de souvenirs mais surtout le marché de nuit où l’on choisit ce que l’on veut manger, à des stands différents, en s’asseyant à la même table ! Il y en a pour tout les goût. Les Thaïlandais partagent tous le même plat : le fameux Hot Pot. Une soupe à faire sois même et surtout à partager. Un plat typique qui représente bien leur manière de vivre. Tous ensemble, en partagent la même chose.

Night Bazaar de Chiang Rai

Night Bazaar de Chiang Rai

 

À proximité de la ville, deux sites touristiques valent vraiment le détour. Le temple blanc, qui est un vrai temple, plein d’humour (pour nous autres occidentaux) avec ses références aux démons modernes (Dark Vador, ) et aux héros moderne (Superman, Yoda, ). Tout pimpant, brillant, original et beau ! Puis la maison noir, en forme de temple qui est le parfait opposé du temple blanc. Sombre, lugubre, glauque, bien qu’exposée dans un immense jardin (contrairement à son rival) où des animaux de la ferme vaque à leur occupation. Tout aussi beau et impressionnant. Ce lieu plus calme, de type plus ancien nous plait tout autant !

 

The white temple, submergé par les touristes

« The white temple », submergé par les touristes

Zoom sur la fosse à l'entrée du temple

Zoom sur la fosse à l’entrée du temple

Black House Garden

« The Black House Garden »

 

Nous nous éloignons de la ville avec une moyenne de 20km/h sur la journée. Les kilomètres passent et après une pause du midi à discuter en Thaï/anglais avec des dames plutôt étonnées de nous voir aussi chargés à vélo, on arrive heureux à Phayao. Mignonne petite ville en bord d’eau. Pas touristique du tout. Calme et vivante. On s’y repose une journée avant de repartir.

Phayao – Pai : 28 Octobre au 1 Novembre : 307 Km

On quitte cette jolie petite ville plein de bonne volonté. On sait que la montagne nous attend à moins de 20 kilomètres. On l’appréhende et on s’impatiente. Les dénivelés c’est dur mais c’est ce qu’on aime. Le calme, le vert, la fraicheur et la difficulté aussi !

IMG_3202

On franchit donc notre premier col le matin avant la pause déjeuner. La fatigue s’est déjà installé avant d’attaquer le deuxième col que nous finirons le lendemain. Avant la tombée de la nuit on finit dans un village complètement isolé. Et il n’y a pas grand chose. Les terres sont cultivés et il y a une église fermée et pas de prêtre à qui demander l’hospitalité. On fait du stop puis on repart en arrière là où il me semblait avoir vu une maison en construction ! Elle est bien là, mais on a pas d’eau, à peine pour boire.. À 500 mètres de là, il y a une cabane où l’on espère trouver quelqu’un. Un scooter arrive avec un jeune homme dessus. Il nous donne de l’eau ! Nous sommes sauvés. On peut s’installer tranquillement avec nos hamacs sur les poutres en bois déjà installées. Nous sommes au milieu des bananiers, caché de peu de la route avec une vue splendide sur les montagnes et les plantations. Des orages pour accompagner le repas à la lampe frontale et un sommeil léger, perturbé par une grande fatigue physique, des bruit d’animaux divers et le froid des montagnes.

Bivouac au milieu des bananiers

Bivouac au milieu des bananiers

 

Réveil sous les nuages, le corp crispé de froid avant d’attaquer cette portion inoubliable ! 16, 18, 20%, nous n’en serons jamais vraiment sûr… Mais cette partie est, sans aucun doute, la portion la plus raide que l’on ai jamais faite de tout le voyage (et j’espère également à l’avenir). Avec 1% de plus, je ne saurais dire si physiquement c’est toujours possible de pédaler. On zigzague avec beaucoup de difficultés pour monter, au ralenti, cette pente improbable ! Pas de circulation et nous en sommes soulagés car il est impossible de pédaler droit… On s’arrête régulièrement pour reprendre notre souffle et boire à grosse gorgées pour compensé la transpiration perdu ! Il fait « froid » ce matin là. Moins de 20°C, ce qui m’obligerait à l’arrêt à porter une veste ou un manteau. Là on dégouline, nos vêtements sont trempés sur chaque parcelle… On y voit pas grand chose avec la sueur sur le visage. Le sel coule dans les yeux, ce qui est très désagréable. On parvient finalement en haut, épuisés. Nous rions d’épuisement en redoutant la suite. La pente thaïlandaise n’est pas un mythe mais une réalité et il vaut mieux ne pas être trop chargé si on ne veut pas pousser…

Nous sommes épuisés, en haut de cette courte et très raide pente...

Nous sommes épuisés, en haut de cette courte et très raide pente…

 

Et enfin une belle descente où l’on croise une équipe de cycliste : bike for King ! Hommes et femmes de tout âge pédalent ensemble par plaisir et pour honorer le roi ! Et tout ça dans la bonne humeur. On nous offre de l’eau et des chips à la banane. On discute un peu avant de se faire photographier. Ils ne sont peut-être pas chargés de bagages mais on compatit pour eux tandis que l’on descend. Pas facile le nord de la Thaïlande mais on est pas seul sur la route et c’est toujours une pensée réconfortante quand d’autre nous prennent pour des fous !
Il nous reste encore une bonne soixantaine de kilomètre et l’on arrivera dans tout nos états dans une ville de passage.
2 jours à 210km de vélo avec un dénivelé positif d’environ 3000 mètres ! S’en est assez ! C’étaient les derniers… On attaque vraiment la boucle de Maé Hong Song demain. D’avantage de dénivelés mais en moins de kilomètres dorénavant. Au programme, un peu plus de 10000 m de dénivelé positif pour 450 km. Des pentes très raides dans des conditions de plus en plus difficiles d’après les voyageurs qui l’on déjà franchit (c’est à dire pas beaucoup) ! On veut profiter de nos derniers instants à vélo dans la montagne. Ne plus s’épuisé pour rien et prendre son temps. On part sur une moyenne de 50 kilomètres par jour avec des pauses régulières. La fin approche, on doit la finir en beauté !!!

On monte calmement mais sûrement !

On monte calmement mais sûrement !

 

On commence la fameuse boucle de Mae Hong Song avec les yeux exorbités d’un Thaï en nous voyant !!! C’est pas très rassurant… Les pentes sont raides mais beaucoup plus supportables; on parvient à discuter dans certains lacets ! On finit dans des travaux avec du goudron sur nos affaires et sur nos jambes.. Pas très agréable ! Le quatrième jours consécutif on a pas la patate mais on est motivé et les lacets sont très agréables. On admire la vue d’en haut après soulagement en réalisant que Pai n’est plus très loin. La descente se fait attendre… Ça y est, on en a marre ! Fatigués, on a hâte de se reposer et de manger (pour ma part) un bon burger… Charlie mangerait de la soupe thaïlandaise à tous les repas s’il pouvait !

Sur la route en travaux

Sur la route en travaux

 

On mange pour une dernière fois de la poussière dans les travaux. Puis on finit dans la belle descente bien raide où j’appuis bien fort sur les freins en serrant tant que possible sur la gauche pour ne pas me retrouver face à face à un véhicule. Le bitume est pleins de nids de poules et les virages sont très très serrés…
Après des vallons qui nous agacent sur la fin, on arrive finalement à Pai, qui se trouve dans une vallée absolument sublime…

Le Burger tant attendu !

Le Burger tant attendu ! On va remplumer tout ça !

 

Pali, la célèbre et très touristique ville pour les backpackers. Les rues sont pleines de « fareng », on en oublie notre situation géographique… Mais rien de bien désagréable. Des baroudeurs venu faire la fête et se dépayser loin de chez eux. Pour ma part je suis ravis, on finit dans une guesthouse très propre, toute mignonne et au calme. Et les restaurants ne sont jamais bien loin. On est très détendu et on a un choix « illimité » en nourriture de tout genre. Western, japonais, Thaï, allemand, oriental et j’en passe…. Repos en vu des jours difficiles…

Pai – Chiang Mai : Du 2 au 10 Novembre : 443 Km

Cette étape débute par l’une des journée les plus difficile que l’on fera en Asie !
Plus de 2400 mètres de dénivelé positif sur 107 kilomètres. On a croisé des cyclo, qui venait de l’autre sens, qui ne nous on pas cru… Et en même temps, c’était un peu stupide de notre part. Dénivelé de folie avec des pentes à plus de 15%  régulièrement sur une centaine de kilomètre ! Serions-nous masochiste, pas vraiment. On rêve de la calme Mae Hong Son, peu touristique où l’on prendra encore une journée de repos sous la pluie ! Cette ville est complètement l’inverse de Pai, c’est à dire authentique, calme et peu visitée. La proximité avec la Birmanie et l’histoire de la région fait que nous retrouvons une forte influence birmane dans l’architecture des temples notamment. Bref en dépit du mauvais temps Mae Hong Son est vraiment sympathique.

Une belle pente pour une belle journée

Une belle pente pour une belle journée

Arrivée à Mae Hong Son !

Arrivée à Mae Hong Son !

 

Après Mae Hong Son, la route devient très sauvage et nous longeons un parc national recouvert d’une végétation luxuriante en cette fin de saison des pluies. Les routes sont déserté de monde et de véhicules d’ailleurs, il faut prendre garde à l’eau et à la nourriture car on transpire à une telle vitesse que nos gourdes descendent vite. Et on a faim, la plupart du temps… Charlie a perdu beaucoup de poids ces derniers jours. La chaleur n’y est pas pour rien mais les cols y sont pour beaucoup. Et la nourriture Thaïlandaise qui est saine ne compense pas assez les calories perdues.

Nos super hôtes Thaïlandais

Nos super hôtes Thaïlandais

 

Les paysages sont sublimes. Seul l’odeur des pots d’échappement perturbe notre périple dans la nature… On arrive à 12h dans une ville où l’on sera hébergé par une famille Thaïlandaise (grâce à Couchsurfing). On découvre une belle et grande maison où loge une grande famille. Après avoir fait la rencontre avec le fils, on rencontre la mère dans une école. Institutrice pour les tous petits. Ils ont de 5 à 6 ans. Ce sont les enfants des villages alentours, autrement dit des ethnies. Ils parlent chacun une langue propre dans leur famille, (dans la classe : 4 langues différentes se confondent, ce n’est pas facile pour l’institutrice non plus…), . Et à l’école on leur enseigne le Thaïlandais et l’anglais. Difficile pour ces enfants isolés et si jeune.
On passera la soirée à discuter en anglais. À observer cette mère de famille cuisiner le fameux Pad Thaï ! Ce plat « facile et rapide » selon elle, qui ne nous apparait pas ainsi ! C’est délicieux, on se régale, affamés par le vélo. Une bonne nuit de sommeil nous attend avec un bon petit déjeuner à la clef avant de repartir, et le sourire aux lèvres grâce à cette famille si généreuse !

On commence dans la brume. Il fait bien frais, j’ai une écharpe autour du coup. Mais le col n’est plus très loin, je l’enlève rapidement.
Des vallons montagneux, des pentes qui nous retournent le cerveau… Et la récolte de l’or jaune, le maïs qui a envahit les plaines. 73 km avec plus de 2500 mètres de dénivelé positif, voila ce qui nous attend. On décide de faire cette grosse étape d’une traite pour gagner un jour de repos un peu plus loin. En haut des côtes, on se repose, je tremble régulièrement des mains tellement j’ai faim, tellement l’effort est intense. Si on s’y habitue ? Plus ou moins mais notre corp c’est une autre affaire. Charlie continue de fondre et moi j’ai mal aux genoux… La route est déserté par les véhicules, et les panoramas sont incroyables une fois de plus. Le soir on craque et on se paye un petit cabanon en bord de rivière: 14 euros pour deux, tout est relatif mais pour nous c’est le luxe…

Après les cols, la récompense :)

Après les cols, la récompense :)

 

Après trois jours intensifs, on se repose l’après-midi en vue de notre dernière ascension du voyage ! Plus de 1200 mètres de dénivelé positif sur 21 kilomètres. Des pentes entre 12 et 20% (et des brouettes). Autrement dire une belle dernière ! Excités ? Oui nous le sommes, effrayé plus vraiment… Je redoute seulement le moment où je vais devoir pousser le vélo. Avant de commencer cette boucle, on nous avait prévenu… Pour le moment ce n’est pas encore arrivé ! Je redoute donc la journée de demain et je croise les doigts pour rester sur ma monture.

La veille au soir, le diner avait été offert par la guesthouse et ce matin, le petit déjeuner aussi ! On finit par comprendre que les propriétaires se rendent pour Noël au USA, là où leur fille vit à présent, marié à un Américain. Ils sont heureux d’accueillir des étrangers et nous en sommes heureux !

Une guesthouse pas comme les autres... :)

Une guesthouse pas comme les autres… :)

 

On commence dans les nuages, à la fraiche.

On commence à la fraiche :)

Dans les nuages :)

 

Les dix premiers kilomètres sont plutôt agréables, difficile mais progressif. On discute, on se marre bien dans les pentes devenu anodines.

Charlie, heureux, au début de la montée !

Charlie, heureux, au début de la montée !

 

Il y a beaucoup de lacets et peu de voiture mais les dix derniers kilomètres seront bien différents.

Et voici les premiers virages dans les premiers kilomètres...

Et voici les premiers virages…

 

C’est repartis : on zigzague pour grimper. Les pentes sont effrayantes… C’est dans celle-ci qu’on se demande comment, même les voitures, peuvent monter la pente ? Je ne conduirais pas ici, pour rien au monde, c’est dangereux. Les virages sont de plus en plus serrés et sinueux ! On continue, on s’accroche à nos guidons comme si nous étions prêts à tomber. On serre le plus possible à gauche pour laisser un maximum de place aux voitures. On est au bout de nos forces quelques kilomètres avant la fin. Mais ça nous paraît loin, presque insurmontable ! Ce n’est que quelques kilomètres, certes, mais à 5km/h, ça passe lentement, très lentement… Et finalement au bout de nos forces, on arrive au bout, presque déçu que ce soit la fin… On croise des motards qui n’en reviennent pas de nous voir ici, à vélo, chargés avec nos affaires. Mes yeux sont bien humide, je suis heureuse. On va pouvoir se reposer au camping de Doi Inthanon ! Nous y sommes, nous venons de franchir notre dernière étape à vélo, dans les montagnes !

Du repos dans le camping, après cette étape inoubliable !

Du repos dans le camping, après cette étape inoubliable !

 

Il ne nous reste plus qu’à rejoindre Chiang Mai, après une belle descente et du plat. Un petit détour à Lamphun juste avant et nous voila repartis en direction de la « capitale » du nord.

Nous ne somme plus très loin de Chiang Mai :)

Nous ne somme plus très loin de Chiang Mai :)

 

Chiang Mai :

Une semaine de repos et de visites nous attend dans cette belle et grande ville de Thaïlande. Deux familles de warmshower nous accueilleront successivement . On va pouvoir se laisser aller, à flâner dans les marchés et dans les rues vivantes de cette agréable ville.

Notre arrivée est marqué par la meilleur boulangerie du voyage !

Notre arrivée est marqué par la meilleur boulangerie du voyage !

Charlie se régale :)

Charlie se régale :)

Wat (temple) Chedi Luang

Wat (temple) Chedi Luang

 

Wat Phra Singh

Wat Phra Singh

 

Bouddha de Jade au Wat Phrathat Doi Suthep

Bouddha de Jade au Wat Phrathat Doi Suthep

 

Balade en scooter dans les environ de Chiang Mai

Balade en scooter dans les environ de Chiang Mai

 

IMG_3757

Fabrication des fameuses ombrelles Thaïlandaise

 

Parking de scooter au centre commercial de la ville !

Parking de scooter au centre commercial de la ville !

 

Sunday market

Sunday market

Stupa du Wat UMong

Stupa du Wat UMong

 

Cimetière des Princesses au Wat Suan Dok

Cimetière des Princesses au Wat Suan Dok

Dernier diner à Chiang Mai, dans un super Japonais !

Dernier diner à Chiang Mai, dans un super Japonais !

 

A trois jours du retour, on s’apprête à prendre le train de nuit pour rejoindre Bangkok où notre famille Thaïlandaise préférée nous attends. Le 20 Novembre nous seront en France après quasiment 15 mois sur les routes. Un mélange d’excitations et de doutes…  Ca sent la fin non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *